Les gardes pêche verbalisent symboliquement la Ministre et les parlementaires

Publié le par Onéma

Pour les gardes-pêche du Conseil Supérieur de la Pêche, avec le loi sur l'eau actuellement examinée à l'Assemblée, le Ministère de l’écologie, les sénateurs et les députés sont pris en flagrant délit d’intention de nuire à la ressource en eau et aux milieux aquatiques, faute aggravée du Sénat et de certains députés pour vote (ou dépôt) d’amendements négatifs sur le projet de texte déposé par le gouvernement.

Ces fonctionnaires assermentés précisent qu’alors que la situation des écosystèmes aquatiques est alarmante : ¾ des cours d’eau sont perturbés ou dégradés, 75% des cours d’eau contiennent des résidus de pesticides, et au moment où la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) impose aux pays membres de restaurer leurs cours d’eau pour 2015 (atteinte du bon état écologique), le gouvernement persiste dans sa logique libérale en proposant un texte qui constitue une véritable imposture ! Je site :

 "- imposture financière : le coût de la protection et de la restauration des écosystèmes va reposer sur les usagers domestiques, en exonérant au passage les principaux responsables de la dégradation des milieux : agriculteurs, producteurs d’électricité, aménageurs… (85% des redevances payées aux agence de l’eau viennent des usages domestiques contre 4% pour l’agriculture).

- imposture écologique : le projet persiste dans une vision passéiste de l’environnement, basée sur l’asservissement des ressources naturelles à des profits économiques immédiats. En conséquence, il réduit fortement la portée des articles du code de l’environnement qui concernent la protection de l’eau et des milieux, il conforte le développement des activités responsables de la dégradation des milieux : agriculture intensive, hydroélectricité, curage, extraction de matériaux…, il bafoue le principe « pollueur/payeur».

- imposture technique : un nouvel établissement public, l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques doit être créé à partir de l’actuel Conseil Supérieur de la Pêche (CSP), principal porteur de la surveillance et de la protection des milieux aquatiques. Le projet du Ministère de l’Ecologie pour cet office lui retirerait toute possibilité de s’organiser convenablement et d’être efficace.
A se demander si au final, le gouvernement pour répondre aux impératifs de la rigueur budgétaire et aux pressions de certains lobbies, ne préfère pas casser le thermomètre plutôt que guérir le malade !
"


Publié dans politique de l'eau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 15/08/2012 03:39

(fermaton.over-blog.com),No-25. THÉORÈME CUSANUS. - Une connaissance moderne du monde.

Clovis Simard 15/08/2012 03:39

(fermaton.over-blog.com),No-25. THÉORÈME CUSANUS. - Une connaissance moderne du monde.

bernard 14/05/2007 22:04

Messieurs les Gardes peche, savez vous que Monsieur le Député, rapporteur de la loi sur l'eau , a été décoré probablement pour son action par Monsieur Marcel Michel alors président de la fédération de Pêche du Pas de Calais. Je dois vous dire que j'ai depuis arrété de pêcher.