Les pestes végétales

Publié le par Onéma

Attention, elles sont originaires d'Amérique du Nord et du Sud, de l’Est de l’Asie, d’Afrique du Sud… Elles ont été introduites volontairement ou non par l’homme. Elles peuvent proliférer. Ce sont les plantes invasives : Elodée, lentille d’eau rouge, myriophylle du Brésil, jussies, Berce du Caucase, Renouée du Japon, Balsamine géante, Rudbeckia laciniée, Seneçon du cap, Solidage du Canada et, plus surprenant, le topinambour, colonisent les berges des cours d’eau et des zones humides.


Elles modifient le fonctionnement, la composition ou la structure des milieux aquatiques et des zones humides. Elles concurrencent ainsi les espèces indigènes jusqu’à entraîner parfois leur disparition. On considère aujourd’hui qu’elles représentent l’une des causes majeures d’appauvrissement de la biodiversité dans le monde après la destruction et la dégradation des écosystèmes. Accessoirement, elles représentent une gêne pour les usages, c’est-à-dire pour les activités de loisirs, l’agriculture, la navigation, la pêche…
Le moindre fragment de plante invasive peut reconstituer un nouveau plant.

                         Il faut absolument éviter :

-  d’acheter dans des jardineries des plantes exotiques sans informations préalables,

-        -  d’introduire des espèces invasives dans les milieux (particuliers, paysagistes, apiculteurs, collectivités territoriales…),

-        -  de se débarrasser dans une rivière ou un plan d'eau les plantes d’aquarium (ou des poissons) dont vous souhaitez vous débarrasser et même de vider l’eau dans l’évier avec des fragments de plantes.


 
L’Agence de l’eau Rhin Meuse et l’Université de Metz, viennent de publier un guide téléchargeable pour reconnaître ces plantes.  À lire pour reconnaître et lutter contre ces pestes végétales.

Publié dans Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article